Au coeur du débat

Depuis 226 ans, le Cnam remplit avec fierté sa mission de diffusion de la culture scientifique et technique en donnant à la société des clefs de compréhension du monde dans lequel nous vivons, tant dans ses dimensions technologiques, économiques, philosophiques que sociologiques.

Aujourd’hui, autour de ses 52 chaires (bientôt 55), le Conservatoire national des arts et métiers est au cœur du partage de l’intelligence française. Il a vocation à être un véritable think tank de la République.

En permanence nos enseignements-chercheurs contribuent à la réflexion commune pour répondre aux enjeux de notre société comme le défi climatique, la révolution digitale, l’abondance de l’information et son traitement, l’adaptabilité, l’innovation… Au quotidien notre institution structure le débat sur des sujets d’une grande actualité: la laïcité, le numérique sur les territoires, le futur du travail, les nouveaux risques…

Face à la crise sanitaire et sociale que nous traversons, plus que jamais nous ressentons tous le besoin de réfléchir et de nous projeter. Grâce à son ADN et aux compétences de ses chercheurs, le Cnam concourt à satisfaire cette ambition collective. Avec la passion d’alimenter le débat public et de nourrir la réflexion de chacun, nos experts interviennent, deux fois par semaine, dans Au cœur du débat. 4’ à 5’ régulières pour oublier la crise, s’interroger, comprendre, s’évader…

en savoir plusRetrouvez dans le blog les débats du premier confinement

A suivre :

  • Christine Erhel

  • Nicolas Roux

    Nicolas Roux

    Les salariés précaires à la lumière de la crise
    Nicolas Roux travaille depuis de nombreuses années sur les travailleurs précaires. Son constat : l’importance numérique et la diversité des salariés précaires, ces travailleurs qui sont installés sur le long terme dans l’emploi discontinu, ont été mis en lumière par la crise CoVid. Un des effets positifs attendus de cette crise pourrait donc être de favoriser une prise en compte adaptée de ces travailleurs, jusqu’ici souvent invisibles et oubliés des politiques publiques.