• Ergonomie,
  • Handicap,
  • Innovation,
  • Management,
  • Numérique,

#TousGamers : jeux vidéo et accessibilité

Publié le 4 décembre 2017 Mis à jour le 18 décembre 2017

Si aujourd’hui les jeux vidéo s’adressent à toutes et tous sans distinction d’âge, de genre, d’origine, de niveau social ou scolaire, leur accessibilité reste encore limitée pour les personnes en situation de handicap.

Convaincus que le gaming doit être accessible au plus grand nombre et afin de sensibiliser l’ensemble des acteurs, comme la communauté des joueurs et joueuses, Hugues Ouvrard, directeur de Xbox France, et le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), lancent à l’occasion de la journée internationale des personnes handicapées une semaine dédiée à l’accessibilité des jeux vidéo.

Le gamer handi existe !

Aujourd’hui, on recense environ 12 millions de Françaises et Français en situation de handicap, soit presque 20% de la population nationale. Pourtant, durant des années, les notions de handicap et d’accessibilité étaient complètement ignorées par l’industrie du jeu vidéo. Et ce n’est que depuis peu que les initiatives se multiplient. « La législation sur les jeux vidéo, en vigueur aux États-Unis, a également des effets positifs en Europe et dans le monde entier. Elle permet une réelle évolution de la prise en compte des publics aujourd’hui exclus de l’offre vidéoludique » nous explique Jérôme Dupire, chercheur au Cnam et président de l’association Capgame, qui agit depuis 2013 pour améliorer l’accessibilité des jeux vidéo.

Des adaptations apparaissent ainsi, rendant par exemple les jeux vidéo plus accessibles aux daltoniens ou aux malentendants. Les handicaps s’affichent avec les Avatars sur Xbox. Dans les cursus spécialisés, comme ceux de l’École nationale du jeu et des médias interactifs numériques (Enjmin) du Cnam, l’accessibilité fait partie intégrante de la formation des futur·e·s professionnel·le·s du secteur.

Mais penser au handicap n’est pas encore un réflexe. « Si le jeu vidéo est aussi peu accessible, c’est plus par méconnaissance que par manque de volonté », modère Stéphane Laurent, président de Game-Lover, association qui teste les jeux vidéo au prisme de leur accessibilité en fonction des handicaps.

Et c’est bien tout le problème ! Le gamer handi reste encore relativement invisible alors que les pistes d’amélioration sont nombreuses puisqu’elles peuvent toucher les différents aspects du jeu vidéo, tels que le son, l’image, les interactions, les périphériques et même le gameplay.

Le gamer handi veut jouer !

Pourtant « le jeu vidéo est très attractif pour la population en situation de handicap » explique David Combarieu, président de HandiGamer, association qui vise à améliorer l'accessibilité aux jeux vidéo aux personnes atteintes d'un handicap en créant des manettes adaptées.

Tous gamers

Deuxième industrie culturelle en France, le jeu vidéo offre en effet à la fois évasion, communication et inclusion. Les différences s’effacent grâce aux mondes virtuels et aux avatars. Les rapprochements et les confrontations peuvent de nouveau exister au travers de cette dimension ludique, sans a priori sur les personnes.

« La personne en situation de handicap a autant envie et besoin de jouer que les autres », assène Flavien Gelly, plus connu sous son nom de Youtuber : Just One Hand. « Le handicap peut faire renoncer à beaucoup d’activités, comme le sport ou la guitare. Du coup, l’intérieur prend une place beaucoup plus importante »

Afin de sensibiliser l’ensemble des professionnel·le·s ainsi que les joueuses et joueurs à ces problématiques, Xbox lance une semaine de sensibilisation à l’accessibilité dans le jeu vidéo, en donnant la parole à tous les acteurs et actrices concernés sur l’ensemble de ses médias sociaux.

Xbox et le Cnam ont organisé également, le 5 décembre, à 18h, au Cnam, une conférence-débat ouverte au public, moment de rencontre et d’échanges entre les acteurs des mondes associatif, économique et universitaire mais aussi les représentants de la communauté des joueuses et joueurs en situation de handicap, parmi lesquels :

Jérôme Dupire, chercheur au Cnam et président de l’association Capgame

Logo Cnam

Jérôme Dupire est enseignant à l'École nationale des jeux et média interactifs numériques. Chercheur au Centre d'études et de recherches en informatique et communications, sur le sujet de l'accessibilité numérique et de l'accessibilité des jeux vidéo, il est également co-fondateur et président de l'association Capgame.

Guillaume Hessel, ergothérapeute conseil sur les questions d'accessibilité dans le numérique pour Capgame

Logo Cap game

Guillaume Hessel travaille pour l'AFM-Téléthon. En tant qu'ergothérapeute conseil sur les questions d'accessibilité au numérique, il identifie et teste aussi le matériel de jeu avant de le documenter sur le site de l'association Gapgame.

David Combardieu, Handigamer

HandiGamer

David Combardieu est le fondateur de l’association Handigamer, un projet ayant pour objectif de faciliter l'accès aux jeux vidéo aux personnes atteintes d'un handicap, sous la forme de manettes adaptées à différents handicaps.

Flavien Gelly, Youtubeur

Just One Hand

Flavien Gelly est responsable marketing dans le milieu automobile mais sur YouTube il est Just One Hand, un youtubeur atteint d’une agénésie du bras qui partage son expérience de joueur handicapé et les défis que cela représente pour profiter à fond de sa passion.

Stéphane Laurent, Game Lover

Game Lover

Stéphane Laurent est dans la vie de tous les jours, éducateur spécialisé à destination des personnes handicapés dans la région de Tourcoing mais il est également fondateur et président de l’association Game Lover.

Revivez la conférence

Par le Cnam et Xbox France


Picto label thématiques articles Cnam Blog Ergonomie Handicap Innovation Management Numérique