• Biodiversité,
  • Entrepreneuriat,
  • Innovation,
  • Numérique,
  • Terre,

Agrophile 2.0

Portrait

Publié le 3 octobre 2017 Mis à jour le 3 octobre 2017

L’agriculture, un métier vieillissant et un repaire d’hommes ? C’est contre ce cliché à la dent dure qu’Annabel Dominault se bat avec passion. Voici un an, cette fille d’agriculteur a fondé, dès sa sortie du MBA Management d’entreprise du Cnam, sa start-up, Agrophilia : un site d’informations qui décrypte l’agriculture sous toutes ses facettes, loin des sentiers battus.

« L’agriculture est souvent résumée aux vaches ou aux champs, et à ce que l’on voit au Salon de l’agriculture » soupire Annabel Dominault. « On ne parle jamais du produit fini. Or l’agriculture, c’est aussi de nouvelles techniques et de nombreux dérivés : l’ameublement, la mode, les énergies, les cosmétiques... ! » Fille d’un exploitant céréalier, cousine de vignerons ou d’éleveur·euse·s, la jeune fille de 25 ans sait à quoi s’en tenir quant aux préjugés qui pullulent sur le monde agricole. Parce qu’elle veut « redorer son image », elle a lancé en avril 2016 Agrophilia, un webzine dédié aux professionnel·le·s du secteur comme aux néophytes à l’esprit curieux. « Grâce à lui, je souhaite montrer que la France possède un énorme potentiel avec des cerveaux et des technologies. Il s’agit ainsi de s’interroger sur l’avenir de notre pays et de notre monde. On voit que lorsque l’agriculture va mal, l’économie va mal. »

Un tour du monde pour observer le monde agricole

Cette idée de start-up a pris racine voici plusieurs années. Son business plan est ainsi déjà en cours d’élaboration lorsqu’elle intègre le MBA Management d’entreprise du Cnam : un complément d’études orienté business pour celle qui sortait diplômée d’une école de communication et de publicité parisienne. « Plusieurs amis m’ont conseillé le MBA du Cnam. Les valeurs de l’établissement me plaisaient, et puis c’était clairement celui qui bénéficiait du meilleur rapport qualité-prix ! », confie-t-elle. Près de deux ans après son admission, elle consacre, sans surprise, son projet de fin d’études à la création de sa start-up Agrophilia. Et embraye avec un tour de la planète, afin d’observer les solutions agricoles développées à l’étranger. Et nourrir son site : « Retransmettre ce qui se passe en France est déjà vu et revu. On peut s’inspirer de ce qui se fait ailleurs. »

En un an, Annabel parcourt une vingtaine de pays : Asie, Océanie, puis Amérique latine et États-Unis, avant de regagner son Périgord natal. Là, elle publie chroniques, interviews et vidéos issues de son voyage et de ses rencontres. Et peu à peu, elle creuse son sillon. Aujourd’hui, son site compte plus de 200 articles. Son premier lectorat ? Les citadins, preuve qu’elle a brisé les frontières du monde agricole. Il faut dire qu’elle cultive sa différence, en faisant la part belle aux générations Y et Z et à la place des femmes dans cet univers réputé masculin, alors que les femmes représentent « un tiers des chefs exploitants agricoles en France. »

L’agriculture n’est pas qu’une affaire d’initié·e·s

Parce que selon son credo « on peut comprendre l’agriculture sans avoir fait d’études dédiées », elle donne la parole à un public éclectique : professionnel·le·s de la haute couture, étudiant·e·s à Science Po et à l’ENA, entrepreneur·e·s, médecins, business angels, spécialistes du patrimoine comme de la restauration… Et n’a pas froid aux yeux : dans le contexte de l’élection présidentielle, elle a ainsi passé ainsi au grill les candidat·e·s ou analysé leur programme.

Pour se financer, Annabel a mis en place un système d’abonnement donnant accès en exclusivité aux articles les plus complets. Depuis peu, elle a également développé une plateforme commerciale pour permettre à de petit·e·s agriculteurs et agricultrices de proposer leurs produits. L’amateur y retrouvera des produits culinaires insolites mais aussi des objets d’ameublement ou de mode, notamment sélectionnés au gré du tour du monde d’Annabel. Car, cette agrophile est aussi une insatiable globe-trotteuse qui prévoit de battre prochainement les campagnes d’Afrique, d’Israël et d’Arabie Saoudite !


Picto label thématiques articles Cnam Blog Biodiversité Entrepreneuriat Innovation Numérique Terre